Jour 6 : Bei Heng Shan

Heng Shang Trail runningLa Chine effectue aussi sa conversion touristique. Chaque montagne sacrée est transformée en parc à touristes.

Heng Shang Trail runningAu pied du monastère suspendu. Au petit matin, alors que le soleil vient juste de rentrer dans la vallée il fait bien froid.

La visite du Monastère suspendu en préambule

Tout le monde sur le pont à 7h30 pour partir immédiatement au Monastère suspendu. Ce sont les vacances en Chine, l’heure de départ est un point critique. Le monastère est intéressant mais la visite, vu la foule, ressemble à une grosse file d’attente :-/

Heng Shang Trail runningAttraction touristique par excellence qui n’en est pas moins surprenante.

Nous avons bien fait d’arriver tôt car deux heures plus tard, la queue devant la caisse et pour rentrer passait de une heure à trois heures ! (Plus les bouchons qui s’en suivent sur le parcours).

Heng Shang Trail running
Visite de monument ou file d’attente sans fin ? Tourisme pendant la période des vacances nationales.

Début du troisième trail

La visite du monastère achevée, c’est le début de la sortie sportive (et culturelle) sur la montagne sacrée Heng Shan. Nous commençons par 300m d’échauffement puis 3km de course à pied sur route  et sentiers pour rejoindre le bas de la montagne, suivie d’une montée en marche rapide jusqu’au parking et aux caisses du site de la montagne.

Heng Shang Trail runningPetite course sur sentier au pied de la montagne sacrée.

De temples en temples

A partir de là, je laisse mes compagnons de route et je monte (et descends) à vive allure sur les pentes prononcées, toutes en escalier, de la montagne. Je croise régulièrement mes compagnons lorsque je reviens vers le chemin principal depuis des temples ou points de vue qui demandent un détour.

Heng Shang Trail runningDe temples en temples.

La progression n’est pas toujours facile avec la foule mais une fois lancé j’arrive à me frayer un chemin parfois en empruntant les rampes étroites du bord de l’escalier.

Heng Shang Trail runningBonheur et prospérité au bout de chaque rampe grimpée :)

La montée fait très vite grimper le cardio ; aussi les petites pauses photo ou ralentissements dans les temples sont les bienvenus. Bien sûr, relativement au reste des visiteurs, je monte très vite, les commentaires et les photos fusent sur mon passage. Notamment dans l’escalier principal d’accès au chemin vers le sommet. Ce dernier est très raide et quelques visiteurs finissent de le gravir à quatre pattes tandis que j’avale la volée d’une centaine de marches deux à deux jusqu’au bout.

Heng Shang Trail runningCourir sur un lieu de pèlerinage fréquenté ce sont aussi des encouragements et de belles rencontres.

Heng Shang Trail runningL’ensemble du groupe arrivé au sommet de Bei Heng Shan 2019m.

P1050318
Certaines montent même en talons hauts. Finalement c’est avec ma tenue de sportif que je passe le plus pour un alien.

Parvenu au sommet, je redescends la moitié du dernier tronçon pour accompagner mes compagnons d’un jour. Sur mon trajet vers le sommet voisin tout proche, un monsieur chinois m’offre une branche que tous convoitent, aux petits fruits oranges au goût sucré-acidulé (un peu comme des nèfles mais de la taille d’un grain de poivre).

Heng Shang Trail runningSur le deuxième sommet, récompense en main.

A la descente je prends une voie alternative qui mène à un tout petit temple. Une fois en bas de cet escalier, je décide de remonter presque jusqu’au sommet pour redescendre tout par la route des temples.

Heng Shang Trail runningEn passant par un des temples.

A la descente j’emprunte très souvent les rampes étroites qui bordent l’escalier. Avec un bon équilibre et sans peur de glisser ou de tomber, ça permet de descendre plus vite que par les marches et c’est souvent le seul endroit praticable qui ne soit pas encombré de visiteurs. Je progresse suffisamment vite, le chemin s’ouvre à moi et ça fait toujours plaisir aux enfants quand je saute la dernière volée de quatre marches en prenant appui sur mes bâtons. Je descends en un rien de temps.

Heng Shang Trail runningUn vendeur d’offrandes sur le plus haut parking du site.

Dernière descente

Arrivé à l’entrée de la zone des temples (même en dessous des parkings en fait), je remonte retrouver mes compagnons pour finir le chemin ensemble, parfois en coupant par des sentiers qui forment des raccourcis entre les lacets de la route qui serpente jusqu’au nouvelles grandes constructions traditionnelles qui vont servir de nouvelle zone d’accueil.

Heng Shang Trail runningUn groupe de nouveaux temples construits de façon traditionnelle pour accueillir la toute prochaine gare de téléphérique.

Retour en ville

Retour à Datong (en taxi à quatre, comme à l’aller). Trajet de presque deux heures, d’abord sur les routes sinueuses qui traversent la barre qui sépare la montagne de Datong puis sur les toutes nouvelles grandes routes désertes.

Une douche et nous partons à dix dans le même restaurant que la veille, dîner de plats encore plus épicés.

Fin de la journée, avant de rédiger ce message, massage de pieds à la chinoise (30mn pour 3,10€ – très appuyé). Bien être dans les pieds, chevilles, mollets :-)

Heng Shang Trail runningEncore une bonne nuit de sommeil pleine de belles images.

Lire la suite : Jour 7 et 8 Datong un deux trois soleil

2 comments on “Jour 6 : Bei Heng Shan
  1. Lutine says:

    journee magnifique on dirait ! C’est jouable de visiter tous ces temples sans courir ?

    • Pierre says:

      Sur cette montagne, en montant en voiture au plus haut de bon matin c’est jouable. Et il est toujours possible d’utiliser le téléphérique sur le trajet aller ou retour. Pour les autres montagnes, les distances et dénivelées sont plus grandes et il faudra plusieurs jours en louant un lit dans un temple ou un snack aménagé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>