Jour 40 : Vol retour et conclusion du projet

L’heure de partir

La vraie heure pic, celle où on écrase les gens autour pour se faire une place, le RER A du matin quoi, avec un débit fou dans les stations.

Bilan il me faut quand même une grosse heure juste pour rejoindre la ligne expresse vers l’aéroport. La ligne expresse est en effet très rapide et 25mn plus tard je suis à l’aéroport en train de déposer mon bagage. Par contre le terminal 3 est géant et il faut presque 40mn via un train interne pour regagner la porte d’embarquement alors qu’il n’y a pas de queue pour effectuer les formalités.

Pas de problème pour passer mes bâtons qui ne sont plus emballés mais attachés ensembles avec des embouts de route tout ronds.

Finalement j’ai une heure trente à attendre à la porte. D’habitude je préfère vivre de tous mes sens, rester ouvert aux autres mais l’extrait des « 4 saisons » qui passe en boucle va me convaincre de m’enfoncer les écouteurs dans les oreilles.

En avion

Une vingtaine de membres d’équipage pour ce vol Beijing-Frankfort à bord d’un A380-800.

Vol très silencieux relativement aux autres avions. Nous effectuons le voyage inverse de mon ami Laurent (qui lui était à vélo) de Beijing vers la Mongolie, la traversée de toute la Russie jusqu’à St-Petersbourg et pour finir l’Europe de l’Est. Malgré un retard au décollage à cause de passagers ne se présentant pas, le vol est annoncé à l’heure.

Ces chinois, tous les mêmes ;)

Le passager à côté de moi est un Chinois qui parle “l’étranger” mais pas l’anglais ! Ça fait drôle y compris aux hôtesses et stewards. Il parle un étranger que je comprends un peu, l’espagnol, si bien que je fais souvent l’interprète avec le personnel navigant.

Comme la plus part des Chinois que j’ai rencontrés, il est sympathique et généreux. C’est avec le plus grand sourire qu’il m’offre des yaourts chinois alors que je me charge d’aller demander des cuillères.

Et ça va pas s’arrêter comme ça !?

Euh, beh après je rentre à la maison, je…

Je tiens à remercier toutes les personnes qui m’ont soutenu dans la réalisation de ce projet. Un projet de plusieurs mois entre la préparation (logistique, marketing, physique) et sa réalisation.

J’ai encore pas mal de boulot, dans la traduction en anglais de ce récit, dans l’écriture de quelques billets techniques qui pourront servir aussi bien aux randonneurs qu’aux trailers et dans ma collaboration avec les sponsors.

Surtout, ce projet m’a offert de très belles rencontres de nombreuses personnes serviables, généreuses. J’ai compris et pu relativiser un paquet d’idées et de concepts que j’avais entrevus sur ce pays et sa culture – alors que les milliers de kilomètres à travers le pays n’étaient qu’un clin d’œil.

C’était une aventure extraordinaire dans laquelle j’ai eu l’occasion de beaucoup apprendre et de me dépasser.

Sommaire : Le récit des 40 jours (en français)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>