Jour 31 : De Chengdu vers… Chengdu

Chengdu“Allo, comment vont les yacks ?”

Rencontre avec Vicky

Nous sommes dimanche, grasse matinée pour tout le monde, sauf pour les parents et la toilette du papa ;). Je suis debout relativement tôt et je reste tranquille à éditer des billets des jours précédents jusqu’à 14h.

Vicky vient me chercher directement à la Friends House. Vicky est une chrétienne – c’est comme ça qu’elle se définit, même si ça n’est pas marquant – diplômée en langue et culture chinoise. Elle a appris l’anglais à l’école et en enseignant le chinois dans les pays voisins.

ChengduCalligraphie éphémère.

Le Parc du peuple

Nous allons faire la visite du Parc du peuple. Un parc chinois typique, avec ses danseurs, musiciens, joueurs de cartes et de ma-jong, calligraphes … Je n’avais pas encore vu dans les autres parcs, des personnes fièrement exposer leur culture de fleurs (des orchidées très spéciales j’imagine – remarque, en France il y a aussi des expositions florales). Comme des abeilles, une nuée de photographes, du passant au très sérieux, tournent autour des fleurs.

ChengduExposition florales et photographes amateurs. Je n’ai jamais vu autant d’appareils photos très haut de gamme qu’en Chine. Je n’ai peut être jamais vu autant de nouveau riches.

Sociologie

Toujours dans ce parc, deux pièces qui viennent compléter le puzzle des discussions précédentes : Des couples de jeunes chinois qui ont l’air de s’être choisis, assez jeunes :) et une longue allée du parc consacrée à l’affichage public d’annonces détaillées de célibataires, apposées par des parents soucieux. Ces parents, carnet de note et téléphone mobile à la main ne connaissant pas l’usage des sites de rencontres en ligne. En sus, des agents se déplacent dans la longue allée avec des classeurs entiers d’annonces sous le bras.

ChengduLes petites annonces matrimoniales de Chengdu.

Une partie de tchoukball en chinois

Un fois sortis du parc, Vicky me dit que d’habitude, le dimanche après-midi, elle joue au tchoukball avec ses amis. Le tchoukball est un sport d’origine suisse dont la Chine a gagné une large majorité des rencontres internationales. Je lui propose alors d’aller retrouver ses amis. Nous nous rendons en bus au stade du campus de l’université du Sichuan, une des nombreuses universités de la ville (moins paraît-il qu’à Xi’an d’après une habitante de Xi’an).

A la fin de la partie en cours, on me propose de me joindre au jeu. J’ai assimilé l’essentiel des règles, certaines traduites, d’autres non. J’avoue faire très attention à ne pas me blesser bêtement dans ce jeu pourtant sans contact mais avec des sauts et des jets de ballons rapides. C’est un moment jovial et fort sympathique.

Une famille me ramène en voiture dans la rue de mon repère alors que Vicky rentre en bus dans la direction opposée.

Chengdu
Ce mec là dans cette tenu vend des saucisses chaudes.

Comme un décalage

A peine rentré, je pars faire mes dernières provisions de nourriture, avant mon départ, dans la grande surface voisine.

Alors voilà, une nouvelle fois ma conscience de la date réelle va se décaler du calendrier : depuis le début, mon projet est organisé au jour près, tout au moins dans mes déplacements en train et mes hébergements mais sur le terrain je vis aux sensations, sans regarder l’agenda, prêt à m’attaquer à mon prochain défi.
La course sur la muraille est devant moi. Mes jambes me rappellent encore les courses et sommets précédents mais je ne suis pas du style à repousser, faire traîner les difficultés. Chaque course est aussi une épreuve qui me sépare de mes proches et de la conclusion de ce projet. Par-dessus cela, je publie des comptes-rendus avec des numéros décalés de deux jours par rapport à la date du jour. J’ai donc en tête de me rendre à Beijing.

Passage par la gare et retour à la case

Mon barda est prêt, la provision de nourriture également. Je salue mes hôtes et je prends le métro vers la bonne gare (il y en a trois à Chengdu et mon billet ne précise pas laquelle). A la gare, je passe le contrôle de billet et d’accès aux salles d’attente. A l’heure d’ouverture des portes et de l’accès au quai pour l’embarquement, la contrôleuse poinçonne mon ticket puis me rattrape. Elle me dit que mon billet n’est pas valide ! Mon billet n’est que pour dans deux jours. Il n’y a pas d’erreur, je suis juste très concentré sur mon vrai objectif, la course sur la muraille et terminer ce projet.

ChengduEn attendant le train à la gare de Chengdu.

Cette fois ci, je n’essaie pas de changer mon billet. Trouver une place en couchette de bout en bout de la ligne – un jour et deux nuits de train (trente heures exactement) – est simplement impossible.

Je me dépêche plutôt de regagner le métro au plus vite. C’est en effet le dernier passage que j’attrape alors que je demande à mes hôtes, via mon mobile chinois, la possibilité de m’accueillir à nouveau.

Ces deux jours “supplémentaires” à Chengdu vont être relativement durs mentalement. Ce n’est pas avec la montagne que je vais me battre mais avec l’absence de défi et l’éloignement de mes proches qui en résulte.

Lire la suite : Jour 32 pas de Panda

3 comments on “Jour 31 : De Chengdu vers… Chengdu
  1. Bertrand says:

    Allez Pierre, tu arrives au bout de ton projet ! Tu vas réussir. Je sens dans tes derniers comptes rendus l’accumulation de la fatigue et un petit mal du pays quand même, non ? Même si l’attrait de la découverte de ce pays et de ses habitants l’emporte encore…
    Courage pour la muraille ;)

    • Gildas says:

      Enormes remerciement pour tous ces comptes rendus Pierre, je peux t’assurer que tu nous fais un immense plaisir à partager tes découvertes et sensations. Profite à fond de ces qq heures supplémentaires, elles te manqueront après ton retour :)
      Merde pour les dernières étapes !
      Gidlas

  2. Gab says:

    On pense à toi. Vas-y, Pierre !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>