Jour 24 : Le Monde vu depuis un regard Chinois

Xi'an food nouille très fraichesNouilles très fraiches dans le petit “restaurant” voisin.

Une nouvelle rencontre

Je me lève tranquillement. J’avale quelques biscuits, je bois de l’eau enrichie :). Puis je continue les comptes rendus dans le salon proche de l’accueil, pièce pas trop froide où il y a aussi une connexion wifi pour répondre aux messages chinois.

S’y trouve également une de mes voisines de chambrée, Cherry, qui parle très bien anglais. Elle travaille dans la vente, l’import et export de productions ou d’assemblages, chinois de prime abord.

Je profite d’avoir une potentielle interlocutrice pour relativiser mes conversations précédentes.

Le mariage

Elle me confirme que la pression sociale, en premier lieu des parents est toujours importante mais que les nouvelles générations commencent à s’émanciper. Les jeunes n’ont plus à suivre le choix des parents même si certains parents, très soucieux, essaient des “présentations”. Et l’âge « critique » pour se marier est encore une pression sociale.

Elle-même est dans sa trentième année et n’est pas mariée. Passé la période des études et ses diplômes en poche, elle a gagné en indépendance. Elle s’emploie à “éduquer” ses parents lors de voyages en famille à l’étranger ou via des films, pour relativiser sa situation.

Sur ces quelques mots, nous allons manger ensemble dans un restaurant rapide d’une chaîne chinoise (ce modèle économique se développe de plus en plus) ; fait amusant : j’ai mangé dans des endroits bien plus proches des chinois de la base que ma camarade du jour.

Le café

Nous continuons nos discussions dans un établissement d’une chaîne de cafés américaine voisin.
A savoir, le café est aujourd’hui un produit coûteux en Chine. Un café dans cet établissement coûte au minimum 30 Yuans, soit le prix d’un repas complet dans un restaurant correct ! Cela n’empêche pas l’établissement de tourner à pleine régime, 7 jours sur 7. Mais mon interlocutrice me fait remarquer à juste titre qu’il suffit qu’une petite fraction des… 9 millions d’habitants de la ville, prennent un café une fois par semaine, pour remplir les 8 grands cafés du centre.

Made in China

On parle aussi d’économie, de rapport qualité / prix des productions chinoises. Je le savais mais elle insiste sur le fait que si les produits “made in china” vendus à l’occident ne sont pas bons, c’est essentiellement parce que les importateurs occidentaux veulent s’octroyer des marges indécentes et ne sont pas disposés à payer pour un peu de qualité.

On parle aussi des coûts de vie, en pleine explosion dans les villes chinoises et des modèles de retraites.

Elle me raconte aussi cette anecdote : elle a été prise pour un espion alors qu’en vacances elle était logée dans un hôtel d’une base militaire aux États-Unis d’Amérique. C’est une amie américaine qui lui avait proposé ce logement ; en oubliant le détail de sa nationalité, qui ne s’est révélé qu’au bout de quelques jours.

Business et cultures

Elle me parle aussi de son adaptation aux différentes cultures en fonction de l’origine de ses clients. Des couleurs prisées, des types de produits, des façons de négocier ou des modes opératoires. Des détails importants lors des rencontres. Par exemple, en Europe l’utilisation des mains droite et gauche est plus ou moins indifférenciée. Dans les pays musulmans il est bien distinct. Et en Chine utiliser les deux mains pour donner et recevoir est une marque de respect.

Le business avec l’Afrique est aussi très spécial. Les exportateurs Chinois ne traitent pas avec les sociétés africaines pour des raisons de volume et de confiance ; si bien que des africains ont des bureaux avancés en Chine pour faire eux mêmes l’achat et l’export. En revanche, l’Etat chinois traite des contrats très important directement avec les Etats africains. (Des propos que j’aurais l’occasion de relativiser lors de mon retour à Beijing où j’aurai l’opportunité de rencontrer une autre actrice du secteur.)

Ainsi s’écoule l’après-midi.

Je profite du wifi pour faire un appel en visio avec la famille – c’est beau le progrès :) et boucler quelques emails et publications.

En partance

Avant mon départ pour mon train du soir, ma camarade et interlocutrice du jour m’offre un petit sachet de thé rempli de vertu.

Xi'an food nouille très fraichesLa cuisine du petit restaurant voisin. Les nouilles sont très bonnes et je n’ai jamais été malade.

J’avale un bol de nouilles fraîches dans le “restaurant” de la rue d’à côté de l’auberge – les deux cuisiniers tenanciers sont content de me revoir, tout au moins ils m’accueillent avec un grand sourire :) – puis sans perdre de temps je prends le chemin de la gare.

J’avais comme perdu le compte des jours. Ayant déjà visité les principaux gros monuments, après cette bonne journée de repos, me sentant totalement d’attaque pour Emei Shan, je suis prêt à partir. Et je pars donc pour la gare et ma prochaine course. Arrivé à la gare, le contrôleur tamponne machinalement mon ticket puis le reprend. Mon billet n’est que pour demain ! Vu que je suis à la gare, je vais au guichet des échanges pour voir si je peux malgré tout partir le soir même. Réponse de l’hôtesse : oui mais il ne reste que des places debout. Mon trajet dure dix-neuf heures. Je reprends donc le chemin de l’auberge ;).

Lire la suite : Jour 25 Xi’an sous un autre angle.

One comment on “Jour 24 : Le Monde vu depuis un regard Chinois
  1. Bertrand says:

    Puisque tu parles d’espionnage, t’est-t’il arrivé de te sentir surveillé depuis le début de ton séjour en Chine ?
    Bon courage pour la suite de ton périple !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>