Jour 23 : sur les remparts de Xi’an

Les remparts de Xi’an

Réveil à 8h00, dans le but de faire le tour sur les remparts voisins avant le flot de touristes.

Les remparts, une muraille large comme une route fait le grand tour du centre ville. L’accès se fait par une des portes. L’auberge est tout contre les remparts et la porte Sud est à quelques pas. Il est possible d’effectuer le tour en louant un vélo (durée de cent minutes) ce que nous faisons (avec mon camarade de l’auberge).

Xi'an rempart wall
Dans la cours d’une des pagodes des remparts de Xi’an.

Tour à vélo

Sitôt les vélos en main, nous dégonflons les pneus pour récupérer un peu de confort :)

Le tour permet d’avoir un autre angle de vue sur la ville. Pour boucler le tour dans les temps nous devons effectuer les deux derniers côtés (moins intéressants) à vive allure.

Xi'an rempart wallTour à  vélo sur les remparts de Xi’an.

De retour à l’auberge, j’avale quelques snacks puis je fais une sieste.

Logistique des derniers jours

Je passe le reste de l’après midi à préparer les prochaines étapes. Surtout mon passage à Chengdu et mon retour à Beijing. Ce dernier « run » sur la muraille, outre la difficulté particulière de la course elle-même, pose un problème d’accès. Bien que proche de Beijing, il n’y a pas de bus, il faut contourner la muraille en navette ou en taxi pour arriver au village de Jiankou et attaquer la muraille par le côté Nord.

Je vais aller manger un bol de nouilles fraîches pas loin.

J’avais oublié les moustiques

A l’auberge de Xi’an, je n’y pensais pas, il y a un problème : les moustiques ! Le soir dans la chambre, c’est le festival. Des moustiques nerveux et perforateurs. Pas du genre qui se faufile sous les draps mais plutôt qui pique sur tout ce qui dépasse, mains et visage ! Avec une bonne dizaine de piqûres sur les mains, j’appréhende un peu les poignées de bâtons.

Dans l’auberge, je trouve un voisin de chambrée – équipé d’une moustiquaire. Un Allemand qui a voyagé pendant plus de 15 ans sur les plus hautes routes du monde au milieu des montagnes et de nombreux mois pendant des années en Chine. C’est l’occasion de parler de Népal et d’autres montagnes sacrées.

Nous partons dîner à l’une de ses adresses (excellents ravioli et cuisses de canard pour moins de 15 Yuans).

xi'an foodLa Chine d’aujourd’hui : la confection de raviolis tout en regardant une série sur son mobile.

Sur le chemin, nous passons par un autre de ces paradoxes de la Chine : Un centre commercial exclusivement dédié aux montres de luxe. De grandes boutiques sur deux étages qui vendent un produit au prix moyen de 100k€. Un lieu aussi grand, comme je n’en ai vu ni à Cannes, ni à Monaco, ni à Paris… mais en Chine !

Lire la suite : Le monde vu depuis un regard chinois

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>